Sepem Colmar 2024

Avec la sortie de crise sanitaire – et le rebond soudain de l’économie – puis en parallèle l’entrée en guerre de la Russie et de l’Ukraine, les industriels ont subitement été confrontés à l’envolée des coûts de l’énergie. Face à la volatilité des prix du kilowatt-heure et à la volonté gouvernementale d’atteindre la neutralité carbone, l’industrie est en attente de réponses, tant pour réduire les consommations des machines que pour décarboner les usines, en témoignent la fréquence des conférences sur les Sepem portant sur ces sujets et cet éclairage de l’Alsacien Nicolas Regenass (de la société Reg&Nass) et un exemple de décarbonation de Chimirec.

De l’efficacité énergétique des lignes de production à la décarbonation des sites industriels

Photo : iStock
Des bonnes méthodes à appliquer et des solutions/instruments pour gagner en efficacité énergétique des lignes de production 
Gagner en efficacité énergétique représente à la fois un geste en faveur de l'environnement et une opportunité significative d'économies pour les entreprises. Ces efforts se concentrent sur deux axes majeurs : d'une part, l'élimination des consommations inutiles grâce à des mesures, analyses et suivi des consommations, et d'autre part, l'amélioration continue des appareils consommateurs d'énergie pour réduire les pertes, les fuites d'air, et optimiser leur fonctionnement, même lors des phases d'arrêt. 

Analyse et suivi de la consommation
Une approche essentielle pour accroître l'efficacité énergétique des lignes de production industrielles consiste en la prise de mesure et à automatiser le suivi des données de consommations énergétiques grâce à l'intégration de technologies 4.0. En mettant en place des systèmes automatisés de surveillance et de collecte de données, alimentés par des capteurs intelligents et des compteurs d'énergie connectés au réseau, les entreprises peuvent obtenir une vue précise et en temps réel de leur utilisation d'énergie. Cette démarche innovante permet non seulement un suivi continu et une analyse approfondie des tendances de consommation, mais également la création d'alertes en cas de dérive ou de surconsommation. Ainsi, les entreprises sont en mesure de détecter rapidement les problèmes potentiels et de prendre des mesures correctives rapides et efficaces pour optimiser leur efficacité énergétique. 

Amélioration des équipements et des process 
Parallèlement, la modernisation des machines consommatrices d'énergie est une autre stratégie clé pour améliorer l'efficacité énergétique. Les équipements industriels obsolètes ou inefficaces peuvent souvent être remplacés par des alternatives plus éco-énergétiques et technologiquement avancées. Par exemple, l'adoption de variateurs de vitesse pour ajuster la vitesse des moteurs en fonction des besoins réels, l'installation de systèmes d'éclairage économes en énergie tels que les LED et les détecteurs de présence, ou encore la mise en place de pompes à chaleur pour récupérer la chaleur perdue et l'utiliser pour chauffer ou refroidir les locaux. De plus, l'isolation des bâtiments et des tuyauteries peut contribuer à réduire les pertes thermiques. En intégrant ces deux approches – automatisation du suivi des consommations et modernisation des machines – les entreprises peuvent réaliser des gains significatifs en termes d'efficacité énergétique, tout en réduisant leurs coûts opérationnels et leur impact environnemental. En outre, l'utilisation d'instruments tels que les compteurs d'énergie intelligents, les logiciels de monitoring énergétique, les simulateurs énergétiques et les certifications énergétiques peuvent compléter ces efforts en fournissant des outils et des métriques pour évaluer, suivre et améliorer continuellement la performance énergétique de l'usine.

Nicolas Regenass (société Reg&Nass)

Comment Chimirec s’engage dans la décarbonation à travers la valorisation des déchets

Photo : Chimirec
Pour répondre aux enjeux actuels, il ne suffit plus d’éviter la pollution de notre environnement, il est devenu impératif de réduire l’empreinte carbone générée par les activités, aussi vertueuses soient-elles. C’est pourquoi le Groupe Chimirec* s’engage dans une stratégie d’actions visant la sobriété des consommations énergétiques au sein de ses structures, la recherche permanente de valorisation des déchets et la limitation des impacts environnementaux liés à ses activités, notamment par le recours au biocarburant. 

Valorisation des déchets 
La décarbonation de l'industrie est un enjeu important pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Chimirec y contribue en transformant les déchets en ressources et en accompagnant les acteurs de l'industrie dans leur démarche environnementale. Chimirec s'engage à les traiter de manière responsable, notamment en mettant en place des filières de valorisation des déchets permettant de limiter l'utilisation de matières premières naturelles et d'énergies fossiles. 
 Lorsque la valorisation matière est impossible en raison de la nature du déchet, la valorisation énergétique présente un double intérêt. Elle évite le stockage et l’enfouissement et crée une ressource énergétique en remplacement des énergies fossiles par les industries autorisées. 
 En 2013 a été inaugurée la première unité de production de CSE (Combustible de substitution énergétique) fabriqué à partir de déchets dangereux, suivie en 2022 d’une unité de production de CSR, autre combustible alternatif créé cette fois à partir de Déchets industriels banals (DIB) et de Déchets d’éléments d’ameublement (DEA) collectés auprès d’Écomaison. 

Stratégie de maillage territorial : proximité géographique
Avec plus de 45 sites en France, les établissements Chimirec assurent un service de proximité pour la collecte des déchets. L’empreinte carbone est minimisée avec des tournées planifiées sur des critères de rationalisation et d’optimisation des trajets... Chimirec EST a récemment fait l’acquisition d’un site d'exploitation à Wisches, dans le Bas-Rhin ; un projet d’implantation visant à favoriser la proximité de Chimirec EST avec ses clients.

Utilisation de biocarburants et des contenants rénovés
En quête d’énergies alternatives pour sa flotte de camions, la filiale Chimirec EST a ainsi équipé cinq de ses dix-huit véhicules PL dédiés à la collecte de déchets avec ce biocarburant. « Nous encourageons la réparation des contenants, tout en conservant leur conformité, afin d’allonger leur durée de vie, tout comme nous gérons la fin de vie des emballages plastiques dans une optique de valorisation par la filiale ECO Logistique Réemploi », indique-t-on au sein du groupe. 

* Chimirec est un acteur clé dans la décarbonation de l'industrie grâce à la mise en place de filières de valorisation des déchets et à son engagement en faveur de la transition énergétique et de la protection de l'environnement.